[Critique] « Birdman » (2015)

Image de prévisualisation YouTube

Source : https://www.youtube.com/watch?v=uJfLoE6hanc

La gloire des temps passés est-elle un rêve inatteignable où peut-elle revenir? Doit-on en rester nostalgique? Ce sont ces questions que se pose Riggan Thomson, ancienne star déchue du cinéma. Hier mondialement connu à l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, « Birdman », il tente de monter une pièce de théâtre à Broadway pour renouer avec la célébrité. Durant les derniers jours précédant la première, il va devoir affronter sa famille, ses proches, son passé, ses déboires, ses rêves et surtout son ego.

Voila un film qui marque son indépendance : il ne ressemble à propri à aucun autre. D’abord par son scénario : le réalisateur filme, d’une certaine manière, l’envers du décor du monde des acteurs et les déboires que peut connaître une petite production sur la mythique Broadway. Ensuite par la manière de tourner : la caméra privilégie les plans rapprochés, voire très (trop?) rapprochés, et nous invite à suivre le héros dans ses déboires comme si on l’accompagnait à ses côtés. Troisième marque : la musique. La batterie marque les instants dynamiques comme un tambour marquerait la marche dans une bataille. Synchronisée avec la caméra, elle créée une athmosphère qui met assez mal à l’aise et qui devient assez inssuportable avec le temps. Dernière marque : le montage. Le film se singularise par de longs plan-séquences qui fluidifient l’histoire et qui l’auraient ralenti si ce n’était la présence des percussions.

Du côté des acteurs, on découvre (ou redécouvre) Michael Keaton dans un film plus sérieux. Il excelle à jouer le rôle du névrosé qui tente désespéremment de se raccrocher à sa gloire passée tout en essayant de satisfaire aux demandes de son manager – un Zach Galifianakis étonnant dans un rôle sérieux – et à se défendre d’un accolyte plus jeune et plus prometteur, joué par un Edward Norton qui continue toujours à nous étonner par sa qualité de jeu. Niveau jeu d’acteur d’ailleurs, les actrices ne sont pas en reste : Emma Stone et Naomi Watts participent à donner au film un jeu d’acteurs parfait.

Le film détonne tellement que l’on aurait du mal à lui trouver des défauts, si ce n’est que la production aurait pu amener l’idée de l’identification de Riggan à son ancien personnage un peu plus tôt dans l’histoire pour plus de dynamisme, un dynamisme que l’on voudrait un peu plus présent.

Du reste, « Birdman » est un film qui surprend énormément, surtout après un scénario qui est resté assez plat pendant un tiers du film ou plus. Epuré de ses longueurs, il aurait été parfait. Mais c’est peut-être en même temps ce qui fait son charme….

Laisser un commentaire

Cinephilie et compagnie |
CinéFilm |
Strapontin15 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poudlard Express