[Critique] « Prémonitions » (2015)

(Source : https://youtu.be/G6V1HLxwQDY)

Alfonso Poyart est un jeune réalisateur qui n’a aujourd’hui que deux films à son actif. Outre « Prémonitions », son premier film « 2 Coelhos », un film d’action sorti en 2012. Je ne pourrais malheureusement pas juger cette œuvre, ne l’ayant pas vue. Ce film parait cependant bien loin de Prémonitions, tant par le style que la qualité.

Pour faire face à un tueur en série qui leur échappe constamment, le FBI demande de l’aide au docteur John Clancy, médium retraité dont les pouvoirs de prédiction ont aidé le FBI par le passé. Clancy découvre rapidement la raison pour laquelle le FBI n’arrive jamais à coincer le tueur : il a le même don que lui. Comment arrêter un tueur capable de prévoir l’avenir?

Les acteurs, pourtant très réputés, sont malheureusement décevants. Cela vient en premier lieu par une personnalité insuffisamment forte. Colin Farrell et Anthony Hopkins nous ont habitués à mieux à ce sujet, surtout ce dernier. Le choix de ces deux acteurs est d’ailleurs surprenant : autant le charisme d’Hopkins dans « Le silence des agneaux » en tueur était criant, autant Farrell – pourtant un très bon acteur – n’est jamais arrivé à interpréter un rôle charismatique, aussi excellent qu’il soit. Bref, leurs prestations suffisent, mais la sauce ne prend pas. C’est pourtant le seul défaut du film, mais pas des moindres. Jeffrey Dean Morgan et Abbie Cornish réalisent une excellente prestation pour leurs seconds rôles, notamment la seconde dont le personnage a les nerfs régulièrement mis à vif.

En revanche c’est la mise en scène, alliée à la bande originale, qui est époustouflante. On sent, à chaque moment, le souci de la bonne photographie, d’une bonne composition de l’image. Les jeux d’ombres sont fréquents, et cette mise en scène participe à entraîner le lecteur dans cette histoire en acceptant les scènes plus paisibles qui entrecoupent les scènes d’action. Les scènes de poursuite ou de confrontation, filmées tantôt par-dessus l’épaule des acteurs, tantôt de profil, tantôt sous d’autres angles, sont superbes.

Outre cette mise en scène, la théorie avancée par le tueur pour réaliser ses meurtres rend le film particulièrement intéressant et original. Sans dévoiler ici l’intrigue, disons que l’on y découvre un tueur en série qui est loin des stéréotypes du tueur froid, méthodique, et qui tue pour une raison apparente – à tel point que le film soulève la question du bien et du mal dans ces meurtres. On en viendrait même à se demander si ce film est réellement un thriller, tant il mélange ce genre avec une certaine philosophie.

Voici donc un film qui est très loin de sa bande annonce, déroute beaucoup le spectateur par un style très particulier. C’est ce qui le rend particulièrement réussi et lui donne mille raisons d’aller le voir.

Laisser un commentaire

Cinephilie et compagnie |
CinéFilm |
Strapontin15 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poudlard Express