[Critique] « Tu ne tueras point » (2016)

Image de prévisualisation YouTube
Source : https://youtu.be/s2-1hz1juBI

Mel Gibson revient pour un 5ème film. Le réalisateur avait par le passé dérangé, que ce soit avec « Apocalypto » (2006) ou encore « La passion du Christ » (2004). Cette fois-ci, il s’intéresse à la Seconde Guerre Mondiale, mais pas avec n’importe quelle histoire.

Le film raconte en effet une partie de la vie de Desmond Doss. Cet américain s’est enrôlé dans l’armée pour servir son pays en patriote. Le dilemme, c’est qu’il est objecteur de conscience : son éducation lui interdit toute forme de violence. Il ne peut ne serait-ce que tenir une arme. Il va finalement trouver une solution en s’engageant comme médecin. Lors de la bataille d’Okinawa, armé de sa foi inébranlable, il va réussir à sauver des dizaines de vies sous le feu de l’ennemi.

Mel Gibson signe un retour derrière la caméra très marquant. Même si le film s’inscrit dans une lignée traitant du théâtre du Pacifique commencée avec la série « The Pacific » ou encore le diptyque « Mémoire de nos pères »/ »Lettres d’Iwo Jima », il se distingue de ces films en particulier et des films de guerre en général, par son sujet assez original : le point de vue non seulement d’un médecin et d’un objecteur de conscience.

On ressort de la salle très marqué, tant les décors et la réalisation donnent une réelle atmosphère à la bataille, chose pourtant suffisamment assez rare dans un film de guerre pour être remarquée. A l’image, les couleurs sombres côtoient le sang, omniprésent sans pour autant virer dans le gore. Il s’agit de montrer tout de même la vérité crue des combats et le point de vue d’un médecin. On perçoit bien les difficultés des médecins à trouver assez de courage pour sauver des vies tout en restant sous le feu ennemi.

Le personnage et le contexte sont également bien introduits, puisqu’une bonne partie du film se concentre sur la formation du médecin et le regard que ses compagnons portent sur lui. Plusieurs plans montrent le point de vue japonais, même si celui-ci n’est pas exploré.

Andrew Garfield, remarqué dans « The amazing Spider-Man », livre ici une prestation très forte dans un film dramatique, et ce d’autant plus que les plans rapprochés sont nombreux, laissant peu de place aux erreurs. Sa prestation et la place qu’il a dans le film sont tels qu’ils font de l’ombre aux autres acteurs, quand bien même ils soient bons.

On aurait pu s’attendre à un patriotisme omniprésent. Pourtant, il est loin de l’être, le courage de plusieurs hommes cédant la place ici à celui d’un seul. C’est un élément à remarquer, notamment dans un film américain.

Voici donc un très bon film de guerre dans la lignée de « Mémoire de nos pères » ou « Lettres d’Iwo Jima », qui explore non seulement ce théâtre d’opérations mais qui en outre apporte une réflexion sur la place d’un homme au combat et de sa position face à la dureté de celui-ci.

Laisser un commentaire

Cinephilie et compagnie |
CinéFilm |
Strapontin15 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poudlard Express